RIPPER UN DVD

Je sais que ce chapitre fait un peu tâche parmi les autres puisque ripper un DVD peut parfois s'avérer délicat et requiert un certain niveau en terme de connaissances sur les différents codecs, logiciels et types de vidéo, ce qui promet un article relativement complexe. Mais d'abord, ça veut dire quoi, "ripper un DVD" ? eh bien ça veut dire qu'on va extraire le film d'un DVD pour le conserver sur son disque dur dans un fichier vidéo. On pourrait croire qu'il suffit de mettre son DVD dans le lecteur, et d'extraire un fichier avec une icône de fichier vidéo mais il en va autrement dans la dure réalité du monde informatique…

Structure d'un DVD

En fait, les différentes vidéos d'un DVD sont stockées dans le dossier VIDEO_TS de ce même DVD sous des noms peu explicites. On distingue les fichiers *.VOB et Les fichiers *.IFO.

Les fichiers *.VOB

Les fichiers *.VOB (VOB = Vidéo OBject) sont les fichiers qui nous intéressent car ce sont des fichiers vidéos. L'image y est compressée au format MPEG-2 (Moving Picture Expert Group 2) et a généralement pour dimension 720×576 pixels à raison de 25 images par secondes (ips ou fps). Surpris, non ? Ce DVD, dont on vante tant la qualité vidéo n'a pas une image assez grande pour couvrir sans agrandissement un écran en 800×600 ! Rassurez-vous, pour de la vidéo, c'est déjà une bonne qualité et quand on agrandit l'image, on n'y voit que du feu… Sur les télés, le problème ne se pose pas car elles sont capables de présenter une image deux fois plus petite (352 × 288 pour les VCD) sans problème puisqu'elles "floutent" un peu les pixels lors de l'agrandissement et de ce fait (je me répète), on n'y voit que du feu. Le son lui est généralement en Dolby Surround 5.1 (ou parfois simplement en stéréo) et est compressé au format AC3. Sur un DVD classique comportant deux pistes audio, les deux pistes sont dans le même fichier, ce qui a pour inconvénient que, quand on veut lire les *.vob directement (enfin, après copie sur le disque dur) avec un logiciel trop basique, les deux pistes sons lues en même temps et on n'y comprend rien.

Les fichiers *.IFO

Les fichiers *.IFO (IFO = info) sont de petits fichiers qui ne dépassent pas les 200 Ko. Le lecteur DVD de salon ou le logiciel de lecture y trouve l'ordre dans lequel il doit lire les pistes, où se trouvent les "menus" (en fait de simples images dans un *.vob auquel on superpose une sorte de curseur) et ce qu'il doit en faire. Ce petit fichier va nous intéresser car il va nous éviter d'avoir à recoller nous-mêmes les morceaux. Quels morceaux ? Eh bien, les morceaux de la vidéo désirée, qui est coupée en 5 ou 6 morceaux de 25-26 minutes environ. Mais pourquoi elle est coupée cette vidéo ? Ben parce que les vieux coucous de nos ancêtres qui traînent encore parmi nous (les ordis, pas les ancêtres) ne pouvaient pas concevoir l'existence d'un fichier de plus d'un Go (càd 1 048 576 Kilo-octets). Alors, pour être "compatible" partout sans trop découper, on s'est approché le plus possible de cette limite-pour-vieilles-bécanes : si vous regardez les proprités d'un *.vob, vous verrez qu'il fait 1 048 574 Kilo-octets : juste 2 Ko sous la limite fatidique. Rassurez-vous, de nos jours, la limitation en taille de nos fichiers est assez grande pour être ignorée…

Les fichiers *.BUP

Les fichier BUP (BUP = BackUP) sont de simples sauvegardes des fichiers IFO. Une comparaison avec un éditeur hexadécimal vous indiquera qu'il n' y a absolument aucune différence entre eux.

Ce qu'il vous faut :

Extraction des VOB

Le premier petit problème qui se pose à nous, c'est que les DVDs comportent des "protections" qui empêchent de considérer le DVD comme un simple lecteur : essayez de copier un fichier *.IFO et un fichier *.VOB sur votre disque dur. Vous avez de bonnes chances de réussir à copier le fichier *.IFO sans problème mais pour le *.VOB, vous risquez de rencontrer ceci :

Erreur de copie de fichier

Si on veut faire un traitement quelconque sur ces fichiers, on va devoir les extraire sur le disque dur. Créez un dossier, appellez-le DVD ou fifi-le-bégonia, comme vous voulez, on s'en fiche. Utilisez DVD-Décrypter (ou tout logiciel similaire) pour copier le contenu du DVD vers le dossier. Comme l'extraction peut s'avérer longue et prendre jusqu'à 8 ou 10 Go, je vous conseille de choisir vos fichiers. Le film principal d'un DVD est dans VTS_02_X.VOB. Vous devez donc prendre les VTS_02_0.VOB (ça, c'est l'intro, mais prenez-la quand même), VTS_02_1.VOB, VTS_02_2.VOB, etc. jusqu'au dernier VTS_02. Prenez également le fichier VTS_02.IFO. Vous pouvez vérifier le contenu de ces *.VOB avec un lecteur MPEG-2 (si vous en dénichez un potable). Les autres *.VOB contiennent généralement des bonus que vous pourrez extraire aussi.

DivX ? Vous avez dit DivX ?

Voilà, techniquement vous avez rippé le DVD. Bah oui quoi, vous avez la vidéo sur votre disque dur, c'est pas ce que vous vouliez ? De quoi ? Ah oui, elle est en morceaux, on entend deux pistes sons en même temps et ça vous prend 4 Go sur votre disque dur… Bon, alors on va un peu la transformer cette vidéo.

Et pour cela, on va utiliser un logiciel appelé FlasKMPEG, qui a l'avantage d'être parfait pour transformer une vidéo MPEG-1 ou MPEG-2 en AVI. Un AVI (Audio Video Interleave), c'est la bonne vieille vidéo classique. Classique, mais qui prend de la place. Si vous convertissez un film MPEG-2 de 2 heures (à peu près 4,75 Go) en AVI non compressé sans changer la qualité, vous allez vous retrouver avec un fichier de… 25 Go. Ouch, c'est pas génial.

Rassurez-vous, il existe des compresseurs, ce qu'on appelle des codecs, qui permettent de réduire la taille des fichiers en compressant la vidéo et le son. Attention : les codecs vidéos utilisent des algorithmes de compression avec perte, ce qui signifie que la perte de poids s'accompagne d'une perte de qualité de l'image et du son. Et parmi ces codecs se trouve le célèbrissime DivX.

Qu'ès aquà ? Le DivX est un codec dérivé du MPEG-4 qui permet de faire tenir un film entier sur un ou deux CDs avec une perte de qualité acceptable voire insensible. Le nom "DivX" vient d'un vieux système de distribution de cassettes qui n'aurait pas duré longtemps. Le DivX peut être lu dans tout logiciel de lecture AVI, comme par exemple Media Player Classic.

Il existe d'autres codecs dérivés du MPEG-4 dont le concurrent direct du DivX : le XviD qui présente l'avantage d'être libre, gratuit et moins gourmand en ressources pour une même efficacité. Mais pour un 1er rip, le DivX suffira. Bon, après la théorie, la pratique : nous allons encoder ce maudit film en DivX…

Ouvrir le fichier *.IFO dans FlasKMPEG

Téléchargez FlaskMPEG avec le fichier thunder.mism.flask, indispensable pour ouvrir les fichier IFO (rajoutez-le dans le répertoire d'installation de FlasKMPEG), exécutez-le, faites Fichier > Ouvrir, naviguez jusqu'au dossier où vous avez extrait le contenu du DVD et ouvrez le fichier *.IFO.

Vous tombez alors sur le sélecteur DVD FlaskMPEG :

Selecteur DVD FlasKMPEG

Sélectionnez le film de votre choix (= vraisemblablement le plus long), descendez un peu, choisissez la piste son et les sous-titres souhaités, puis cliquez sur FlasK ce DVD ! :

FlasKMPEG

Paramétrage de FlasKMPEG

Bon, voila ce que vous obtenez, à ceci près que j'ai déplacé le curseur pour que vous vous rendiez compte. Je ne détaillerai que le paramétrage et la sélection du codec.

La résolution

Première remarque : l'image a une résolution de 352×288, soit deux fois moins que le 720×576 attendu ! Rassurez-vous, c'est le paramètre par défaut qui affiche l'image avec la résolution d'un VCD. Rendez-vous dans Configure. Vous obtenez ceci :

Image

Le champ "Taille de l'image" indique 352×288 : tapez 720×576 pour garder la résolution du DVD ou alors une mesure un peu en-dessous genre 640×512 ou 576×460 ; je vous conseille de laisser la fréquence d'image telle quelle, mais bon vous êtes libre. Faites OK, constatez. Ah c'est mieux quand même.

Les bandes noires

Mais euh… les bandes noires, elles servent à rien et elles vont prendre de la place inutilement. Il faut donc les supprimer. Retournez dans Configure et allez dans l'onglet "Post-traitement". Vous vous retrouvez devant les options de Post-traitement de FlasKMPEG. Pour avoir la meilleure qualité possible, laissez la case "Filtrage HQ bicubique" cochée.

Post-traitement

Ce qui semble évident à première vue, c'est qu'on va laisser cochée la case "Pas d'ajout de bandes noires" puisqu'on veut les supprimer. Par contre, on va décocher "Pas de découpage" et si on veut, on peut rentrer les informations de découpage manuellement mais généralement, on n'a pas une bonne idée de notre découpage alors on va afficher le bloc export et on va s'en servir pour recadrer et/ou redimensionner cette vidéo.

L'image affichée a la même résolution que celle stipulée dans l'onglet "Image". Le logiciel vous place au milieu du film, mais vous pouvez bouger le curseur pour essayer de trouver une scène claire sur laquelle il vous sera plus facile de voir les limites de l'image.

Il faut savoir que les dimensions d'une vidéo doivent être divisibles par 16 ; utilisez le -1 et +1 de offset vert. pour descendre votre cadre ainsi que le -1 et +1 de offset hor. pour le monter ; réglez sa hauteur et sa largeur avec les +16 et -16 ; si vous avez mis la bonne résolution dans l'onglet "Image", vous ne devriez pas avoir besoin du champ "Taille de sortie". Les indications portées sur l'image n'apparaîtront pas dans la vidéo ; elles indiquent les différents paramètres de votre recadrage :

Bloc export FlasKMPEG

Le son

Une fois votre video recadrée, nous allons nous occuper du son : allez dans l'onglet "Son" et cochez "Copie de flux direct". Vous vous retrouverez alors à la fin du traitement avec un fichier vidéo sans son et un fichier AC3 ; il faudra alors les rassembler. Il existe d'autres méthodes pour ripper un DVD qui demanderaient un décodage du son qu'on encoderait en même temps que la vidéo mais cette méthode vous laisse le choix à la fin entre un DivX avec une qualité de son incomparable (5.1) mais une taille plus élevée et un DivX avec un son de moins bonne qualité (mais toujours excellent) qui tient plus facilement sur un ou deux CDs :

Son

Comme le logiciel vous l'indique lui-même, il faut préciser l'emplacement et le nom des fichiers ainsi crées : allez dans l'onglet "Fichiers" :

Fichiers

Tapez l'adresse du fichier de sortie vidéo (vous pouvez mettre l'extension *.avi si vous voulez) et celle du fichier de sortie audio (ne mettez pas d'extension). Vous pouvez éventuellement spécifier dans l'onglet général que vous voulez que votre ordinateur s'arrête à la fin du traitement. Faites OK. Vous voilà de retour devant la vidéo ; vous pouvez constater qu'elle est recadrée. Si vous faites tout de même un traitement audio, faites un tour dans Audio Player pour vous assurer que la piste choisie est la bonne et pour modifier le volume du son, souvent trop bas, et n'hésitez pas à normaliser.

Calcul du bitrate :

Puisque le son est en copie de flux direct, nous n'avons pas besoin de sélectionner un codec audio pour l'instant. Surtout si on veut le son en AC3, c'est qu'on n'est pas regardant sur la taille et qu'on s'en moque bien… sauf…si on veut optimiser son DivX pour le mettre sur tant de CDs ou pour qu'il prenne tant de place sur le disque dur. Dans ce cas, il faut calculer le bitrate vidéo et pour cela on a besoin du bitrate audio.

C'est quoi le bitrate ?

Le bitrate, c'est littéralement le "taux de bits", c'est-à-dire le nombre de bits que le codec va utiliser pour encoder une seconde de vidéo ou de son, ce qui influe directement sur la taille du fichier final.

Voici la formule magique : Taille du fichier final = durée du film × ( bitrate audio + bitrate vidéo )

D'où bitrate vidéo = ( Taille du fichier final ÷ durée du film ) - bitrate audio

C'est vous qui choissisez la taille du fichier final. Si vous comptez le mettre sur 1, 2 ou 3 CDs, le calcul est vite fait. Prenons un exemple : "Je veux mettre mon DivX sur 2 CDs de 700 Mo"

Le bitrate audio

Quant au bitrate audio, il varie en fonction du format utilisé :

Dans cet article, nous considérerons que vous avez choisi un bitrate audio de 128 kbps.

Il ne reste plus qu'à en déduire le bitrate vidéo : bitrate vidéo en kbps = (Taille du fichier final en kb ÷ durée du film en s) - bitrate audio en kbps = 1347 kbps.

Pour info, deux heures de vidéo sur 700 Mo correspond généralement à un bitrate aux alentours de 700. 1347 kbps est donc une valeur plausible pour un DVD-RIP sur 2 CDs.

Ça y est, vous êtes en larmes, la complexité de l'article vous a vaincu et vous refusez catégoriquement de vous taper le monstrueux calcul que nous venons de voir. Rassurez-vous, le monde de l'informatique est peuplé de fainéants qui, pour faciliter la tâche à tout le monde, ont conçu des "bitrate calculator", c'est-à-dire de petits programes capables de faire les calculs précédents très rapidement. Vous pouvez charger un bitrate calculator comme BCDE v2.0.

Sélection des codecs

Mais revenons à Flask-MPEG : cliquez sur Select Output >> et choisissez "AVI output" si ce n'est déjà fait. Re-cliquez sur "Select Output" puis sur "Configure Output Module" :

Configure Output Module

L'ordinateur reçoit l'information, la traite, envoie un signal via sa carte graphique, l'écran transforme ce signal en lumière qui est interprétée par les cônes et les bâtonnets qui tapissent votre rétine et envoient un signal à votre cerveau qui interprète l'image suivante :

AviPlugin 0.58 Config

Charmant, non ? NON ? D'accord avec vous ! Bon, je vous passe le tremblement pour couper le fichier au bout de tant de secondes, pour ajouter un logo à la vidéo ou pour nommer les pistes vidéo et audio et je passe directement à la sélection du codec. Donc on a dit : codec audio : rien. Codec vidéo : DivX. On clique sur Select Codec, on obtient ça :

Choose Videocompressor

On sélectionne DivX Codec puis on clique sur configuration :

DivX codec properties

Et là, dans la case "Encoding Bitrate", on tape héroïquement le codec calculé précedemment. Vous pouvez faire le traitement en 2 passes (dans Variable Bitrate mode) pour avoir une meilleure qualité mais le processus est deux fois plus long bien sûr. On fait OK trois fois de suite pour retourner sous FlasKMPEG et là, enfin, on se jette sur le bouton "Flask It" pour lancer le processus qui va sauver la planète de l'invasion des horribles extra-terr… euh non c'est pas ça.

Traitement

En fait, on s'apprête à lancer un processus vachement long (5 à 20 heures sur un 500 Mhz) pendant lequel l'ordinateur va décrypter les *.VOB pour les transformer en un seul DivX. :) Pour qu'il aille plus rapidement, on peut fermer les applications inutiles sur le bureau et en arrière-plan, on clique sur "Flask It" et on tombe là-dessus (y'en a des fenêtres, hein ?) :

FlasKMPEG Progress

Oh la jolie fenêtre ! Bon, c'est pas si compliqué à comprendre : en haut au centre, on trouve le pourcentage de progression. Remaining Time indique le temps restant et l'heure à laquelle se termine l'encodage. "fps" est le nombre d'images traitées par secondes. Profitez des tableaux récapitulatifs pour vérifier que vous ne vous êtes pas planté (là, c'est bon). Au passage s'affiche le bitrate de l'AC3 pour ceux que ça intéresse…

S'il y a bien une chose que vous devez faire, c'est mettre le "Priority Settings" sur "Highest". Le traitement vidéo sera plus rapide car le programme va exploiter votre processeur au maximum (conseil : désactivez l'écran de veille et éteignez l'écran). Par contre, vous ne pourrez rien faire pendant ce temps-là, si ce n'est dormir, aller au cinéma, rêver, travailler, souffrir, mourir, baiser, vous faire chier, sortir, faire la cuisine, le ménage, regarder la télé, une cassette ou un DVD ou encore euh… je m'éloigne, là, non ?

Au bout de longues heures de travail qui vous feront regretter de ne pas avoir acheté le tout dernier ordinateur cadencé à 27 GHz, vous vous retrouvez enfin avec un fichier *.avi (c'est l'image) et un fichier *.ac3 (c'est le son). Je pense qu'il ne faut pas avoir fait Bac + 12 pour savoir qu'une vidéo, c'est des images qui défilent avec du son intercalé entre chaque image. Il vous faut donc réunir la vidéo et le son. Mais avant, songeons à ceux qui comptent compresser le son en MP3…

Compression du son avec BeSweet

BeSweet est à la base un programme à exécuter en ligne de commande : ça veut dire qu'il faut faire soi-même la commande MS-DOS à partir des options du logiciel. Et comme nous sommes de gros flemmards, nous allons utiliser BeSweet GUI, petit logiciel qui, une fois couplé à BeSweet, vous permettra de compresser facilement votre AC3.

La première étape consiste donc à installer BeSweet : pas compliqué, vous décompressez le contenu des deux *.zip dans un même dossier et vous exécutez BeSweetGUI0.6b61.exe (À mes souhaits).

Ensuite, vous devez indiquer au GUI où se situe le BeSweet.exe qu'il cherche : pas compliqué, c'est dans le même dossier. Ensuite, vous indiquez le fichier d'entrée, le fichier de sortie désiré (ce que vous voulez, où vous voulez sauf à la place du fichier d'entrée).

La dernière étape de cette conversion, c'est la définition des paramètres : soit vous voulez utiliser le truc par défaut (44100 Hz / 128 kbps) et là, il vous suffit de préciser que la sortie est un MP3, soit vous définissez des options plus pointues dans les autres convertisseurs, comme "Lame 2" qui vous permet d'entrer un CBR (Constant BitRate), un ABR (Average BitRate) ou un VBR (Variable BitRate) ainsi que la fréquence de votre choix (Attention : il vous faudra définir l'emplacement de lame.exe, que vous trouverez facilement sur le net).

Dans tous les cas, lancez la compression en cliquant sur "AC3 to MP3" sans oublier de fermer les applications inutiles, histoire de ne pas ralentir l'ordi.

BeSweet GUI

Assemblage du son et de l'image (étape finale)

Ça y est ! C'est la dernière étape : ouvrez le fichier *.avi avec VirtualDubMod.

Faites Audio > Son venant d'un MP3 ou Audio > Son venant d'un AC3 selon votre choix et choisissez le fichier en question.

Faites Vidéo > Copie de flux directe puis Vidéo > fréquence d'images et cochez "Changer de telle sorte que la durée A/V corresponde" (cette opération n'est pas toujours utile mais elle sert à éviter tout décalage audio car la compression de l'AC3 en MP3 (ou wav) donne un fichier son légèrement plus court ; on compense ce petit problème en modifiant le nombre d'images par secondes).

Faites Fichier > Enregistrer AVI puis sélectionnez un emplacement, tapez un nom, des commentaires qui apparaîtront dans les propriétés du fichier si vous voulez ; faites enregistrer ; au bout d'environ sept minutes de travail, vous obtenez votre DivX, enfin terminé…

Nandub Contrôle de la fréquence d'image vidéo Save AVI 1.0 File

Voilà. J'espère que cet article ne vous a pas paru trop long et que vous réussirez à appliquer la méthode qui y est décrite.

<< Article précédent      Article suivant >>

↑      Page d'accueil

Notre site accueille 600 membres qui ont posté pas moins de 4774 messages dans 546 topics : - )
Notre dernier membre inscrit est jajaja.
Aucun membre connecté.
Jumper :
Sauf mention contraire, les articles sont sous licence by-nc-sa. Les images appartiennent à leurs propriétaires respectifs.